Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compte-rendus

Publié le par Murielle Compère-DEMarcy (alias MCDem)

19e RV de la BD d'Amiens, Juin 2014---

Au 19e Rendez-Vous de la BD d'Amiens, les 7 et 8 juin dernier, la Grande Guerre était au coeur de l'événement.

Le RV était pris pour 2 journées pleinement consacrées à la BD autour du thème de 14-18, avec en amont une journée professionnelle le vendredi 6 juin. S'y trouvaient invités pour présenter leurs oeuvres des auteurs de BD sur le thème, autour de tables rondes animées par Alexandra Oury.

Le Festival de la BD d'Amiens se déroulait au Quartier Saint-Leu près de la cathédrale -Pôle Universitaire- Débats, Dédicaces, Expositions, Fanzines, Rencontres... étaient au rendez-vous !

Journée professionnelle

La problématique de cette journée posait la question suivante : Comment parler de la guerre en bande-dessinée ?

Après une conférence enrichissante et une présentation synthétique constructrice et vectrice de pistes d'exploitations de Vincent Marié, des tables rondes permirent de rencontrer l'Américain Joe Sacco, figure majeure de la bande dessinée contemporaine, Régis Hautière & son accolyte Hardoc auteurs de La Guerre des Lulus, Chris & Maël auteurs de Notre mère la Guerre.

La conférence de Vincent Marié

Vincent Marié, chercheur en histoire et agrégé d'Histoire-Géographie, est aussi professeur de cinéma et chargé de cours en Histoire de la bande dessinée et sémiologie de l'image à l'université de Montpellier.

S'intéressant à la bande-dessinée historique et à l'histoire culturelle du 9è art, il a publié et dirigé plusieurs ouvrages et revues sur le sujet.

Vincent Marié proposait dans cette conférence d'1h30 une lecture culturelle / une culture visuelle de la Grande Guerre.

D'emblée les grandes questions étaient posées : Assistons-nous à une nouvelle écriture de la bande dessinée ?

BD / Grande guerre : quelle(s) connexions possibles ?

I- La première partie fut consacrée à un essai de parcours diachronique articulé autour du thème principal de la grande guerre dans la BD.

Trois grandes périodes marquent cette histoire :

1914-1919 = Période d'une conception et réalisation d'une bande dessinée s'inscrivant au coeur de la guerre héroïque. on est au temps des illustrés oscillant entre propagande héroïque & communication pédagogique.

En Allemagne, en Angleterre (fresques parodiques, tapisseries en récit séquentiel, l'officier cartooniste, the Bystander's, Charleys' War, Fragments from France...), en France avec pareillement les illustrés et des revues de propagande contenant des histoires en images, proposant des discours très patriotiques publiés avec pour objectif d'embrigader la jeunesse, au côté de revues parodiques, humoristiques dont Jacques Tardi s'inspirera : La Baïonnette de Benjamin Ravier, La Baïonnette où Gus BOFA montrera l'absurdité de la guerre avec le Poilu zombi (cf. "Debouts les morts !" cf. Abel Gance), l'Epatant les Pieds Nickelés, la semaine de suzette (Bécassine représentée en marraine de guerre), Léon Péret un poilu dessinateur et ses histoires pédagogiques pour éduquer ses enfants par correspondance...)

1920-1970 = Le temps de l'oubli, période où la Grande Guerre est ostracisée ou réinventée ?

On assiste durant cette période à une mise à distance de la 1ère Guerre mondiale, voire à une occultation. On s'intéresse alors davantage à la seconde

Photo 1 :Affiche  de Riff Reb's pour le 19ème RV de la BD d'Amiens.  Photo 2 :Joe Sacco (au centre avec le chapeau), invité à la Journée Professionnelle, interviewé par Alexandra Oury. Photo 1 :Affiche  de Riff Reb's pour le 19ème RV de la BD d'Amiens.  Photo 2 :Joe Sacco (au centre avec le chapeau), invité à la Journée Professionnelle, interviewé par Alexandra Oury.

Photo 1 :Affiche de Riff Reb's pour le 19ème RV de la BD d'Amiens. Photo 2 :Joe Sacco (au centre avec le chapeau), invité à la Journée Professionnelle, interviewé par Alexandra Oury.

Commenter cet article